“Notre amitié est comme une fleur prometteuse qui aurait éclos et fanée avant même qu’on ait pu sentir son parfum”. Raphaël murmura ces mots entre ses lèvres avant de s’assoir sur ses rêves de jardin luxuriant. Derrière lui, une silhouette brune s’éloignait lentement, devint un point accroché sur l’horizon puis disparut enfin.
Le jeune homme glissa ces mots improvisés dans son carnet de route, où séchait un trèfle à quatre feuilles entre deux pages cornées. Il s’allongea dans l’herbe fraîche et ferma les yeux, s’abandonnant ainsi à l’écoute de la Nature et du silence. Un air doux et invisible caressait sa peau en lui parlant d’avenir.
A son réveil, une coccinelle s’était posée sur sa poitrine. Un petit point rouge sur son cœur.

porte_bonheur

 

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *